Font Size

Layout

Menu Style

Cpanel

Devenir serviteur.

Samson Djankalé est diacre permanent du diocèse de Nanterre. Il a été ordonné le dimanche 22 octobre 2006 à 11h en l’église Ste Marie-Madeleine par le P. Daucourt, évêque de Nanterre.
Voici ce qui a été exprimé par lui, Sylvana son épouse et par Chantal rendant compte du travail de l’équipe qui les a accompagnés durant toute la formation.

Il y a six ans, au cours d’une discussion sur le service en Eglise, le mot diaconat a été prononcé.
Après un temps de réflexion avec le délégué diocésain, il m’a été proposé le parcours diocésain (découvrir le fonctionnement du diocèse dans sa diversité, ce qui s’y vit, et les différents services…).
Il s’en est suivi une année de pré discernement et quatre années de discernement et de formation.

la formation inter-diocésaine (toute l’île de France - sauf  Paris - avec une variété de visages d’Eglise).
les rencontres diocésaines avec ceux qui sont en formation sur le diocèse de Nanterre.
avec le soutien et l’apport d’une équipe d’accompagnement.

Ce fut pour moi un temps de recherche, de redécouverte de la mission de l’Eglise, d’approfondissement de ma foi ; il y a eu bien sûr des appréhensions, des moments de doutes et de questionnements ; mais ce fut aussi un temps de conversion : au fur et à mesure, j’ai appris à lâcher prise, à laisser Dieu faire, à lui  faire confiance.

Aujourd’hui l’évêque m’appelle pour le diaconat permanent.
Cet appel, je ne le considère pas comme un aboutissement ou une récompense. Je n’ai aucun mérite. C’est un appel pour toute l’Eglise, pour nous tous. Je le reçois comme une invitation à se mettre à la suite du Christ qui s’est fait serviteur de tous. Service pour lequel nous sommes tous appelés. Baptisés, nous avons à prendre notre place et apporter notre pierre pour construire ensemble un monde d’amour, de paix et de justice.

Samson

Dieu n’a pas de critère. Il nous appelle sans cesse avec nos limites et nos faiblesses  mais la complexité de nos vies nous assourdie.
En appelant  Samson,  Seigneur m’a réveillée. Pendant l’année de discernement, j’étais contente de partager les expériences vécues avec d’autres couples.

Quand il fallait commencer la formation pour 4 ans, je me suis demandé : dans quoi vais- je encore m’embarquer ? J’ai cependant  accepté de suivre la formation avec Samson.
Aujourd’hui, je peux dire que je ne regrette rien : A la lumière de la Parole, je découvre la présence de Dieu au cœur de nos occupations et préoccupation quotidiennes. Mon approche de la foi a évolué tout au long de la formation.
Pour comprendre un peu  le mystère de l’Amour de Dieu pour nous il nous faut du temps, peut-être toute une vie.

Sylvana

Depuis février 2003, existe autour de Sylvana et Samson une équipe de 7 personnes : 2 prêtres, un membre de leur famille, une collègue de travail, un couple d’amis et moi-même. Elle a été constituée après une année de discernement préalable. Elle est en lien avec le délégué diocésain pour le diaconat à qui sont envoyés les comptes rendus de chaque rencontre.

Il nous a été demandé à chacun d’être discret sur la démarche envisagée pour Sylvana et Samson pour qu’ils puissent continuer ou non en pleine liberté. Nous nous réunissons 4 fois par an pour réfléchir sur le ministère ordonné. Chaque fois, ce temps est précédé d’un temps de prière et de partage de la Parole de Dieu.
Voici quelques uns des thèmes abordés :
le diacre dans l’Église - comment témoigner dans sa vie professionnelle ? - comment vivons-nous nos engagements dans la communauté ? - la place des pauvres dans l’Église...

Nous avons rencontré 2 fois le délégué diocésain pour le diaconat : une fois à mi-parcours, pour faire un premier bilan des rencontres, une autre fois sans Samson et Sylvana, où en groupe, nous avons eu entre nous une consultation.

Nous avons, aussi, individuellement répondu à la consultation diocésaine qui a aidé l’évêque à appeler au diaconat.
Trois d’entre-nous ont aussi rencontré les enfants du couple pour qu’ils puissent exprimer ce qu’ils pensent de ce choix et comment ils le vivent.

Pour l’équipe d’accompagnement, Chantal