Font Size

Layout

Menu Style

Cpanel

Quelle était la vie des habitants de Gennevilliers pendant le Moyen Age ? Nous n'en avons que peu de traces. Celles-ci apparaissent essentiellement dans les archives de l'abbaye de Saint Denis dont dépendait Gennevilliers. On n'y trouve pas de renseignement sur la vie quotidienne car ce sont des contrats de location des terres appartenant à l'abbaye. Ces contrats sont appelés des aveux et dénombrements, la terre louée ainsi s'appelle un fief. On y trouve aussi des censiers, c'est à dire des registres où sont consignés les cens (une sorte de fermage) payés par les paysans de Gennevilliers.

Les Gennevillois étaient donc des paysans, cultivant de petites surfaces (de 30 ares à 1 hectare). Ils y faisaient pousser du blé, des plantes fourragères, des légumes (pois, fèves) et de la vigne. On y élevait des moutons et un peu de porcs.

Sur l'habitat aussi les sources locales sont inexistantes. On peut penser que l'habitat gennevillois était constitué comme ailleurs, à la même époque, de maisons basses (sans étage) à toit de chaume.

La seule construction d'importance, à part l'église ou la chapelle, c'est la grange seigneuriale que l'on peut sans trop se tromper situer à l'emplacement du pâté de maisons où se trouve l'ancienne mairie (l'actuelle école d'arts plastiques Edouard Manet). Cette grange que dans les archives on nomme indistinctement, manoir, hôtel, voire "château", le lieu symbolique du pouvoir du seigneur ou de son représentant (ou fermier). C'est un habitat clos de murs (la rue des petites murailles viendrait peut-être de là), à l'intérieur desquels on trouve le logis, une basse cour, un pigeonnier, une grange, des étables, un four et un pressoir. Bien évidement "Ces messieurs les seigneurs de Saint Denis" comme on les appelle dans de nombreux actes n'y vivent pas, la maison seigneuriale est le symbole de leur pouvoir. Ce pouvoir quel est-il ? Pouvoir de justice et de police. Gennevilliers leur appartient et ils exercent sur celle-ci la haute et basse justice comme on l'appelle à l'époque. En effet il n'y avait ni ministère de la Justice, ni police nationale. L'Etat n'existait pas. Le roi était situé en haut d'une pyramide faite de seigneurs et de vassaux dont lui était le seigneur suprême, le dernier recours. Un paysan n'avait pas la possibilité de faire appel à ce recours ultime en cas de conflit avec son seigneur.

Un roi comme Philippe le Bel va commencer à vouloir centraliser mais uniquement dans le sens de renforcer son pouvoir vis à vis des autres grands seigneurs pas pour mettre en place un Etat comme nous le connaissons actuellement. L'exemple des impôts est révélateur de cela. Le roi lève l'impôt, le fait voter par son parlement (pas élu !) et la collecte de l'impôt est effectuée à divers niveau par des officiers, c'est à dire des gens qui ont acheté ou qui louent la fonction de collecteur d'impôts.

Les Gennevillois payent l'impôt royal mais aussi plein de taxes diverses qui bénéficient uniquement aux seigneurs de Saint Denis.

Vous êtes ici : Accueil Découvrir Histoire Histoire de gennevilliers